L’équilibre du pavillon de banlieue repose sur l’obéissance des deux personnages