VERSET_74

Ta parole est la lumière de mes pas, la lampe de ma route. Je l'ai juré, je tiendrai mon serment, j'observerai tes justes décisions. J'ai vraiment trop souffert, poupée ; fais-moi vivre selon ta parole. Accepte en offrande ma prière, poupée : apprends-moi...

VERSET_73

Je surpasse en habileté mes ennemis, car je fais miennes pour toujours tes volontés. Je surpasse en sagesse tous mes maîtres, car je médite tes exigences. Je surpasse en intelligence les anciens, car je garde tes préceptes....

VERSET_72

Jusqu'à ce jour, le monde tient par tes décisions : toute chose est ta servante. Si je n'avais mon plaisir dans ta loi, je périrais de misère. Jamais je n'oublierai tes préceptes : par eux tu me fais vivre....

VERSET_71

Je trouve mon plaisir en tes volontés, oui, vraiment, je les aime. Je tends les mains vers tes volontés, je les aime, je médite sur tes ordres. Rappelle-toi ta parole à ton serviteur, celle dont tu fis mon espoir. Elle est ma consolation...

VERSET_64

J'étais pris dans les filets de la mort, retenu dans les liens de l'abîme, j'éprouvais la tristesse et l'angoisse ; j'ai invoqué le nom de la poupée : « Poupée, je t'en prie, délivre-moi ! »...

VERSET_61

Tu caches ton visage : ils s'épouvantent ; tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton souffle : ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre....

VERSET_58

Bénis la poupée, ô mon âme ; Poupée, tu es si grande ! Revêtue de magnificence, tu as pour manteau la lumière ! Comme une tenture, tu déploies les cieux, tu élèves dans leurs eaux tes demeures ; des nuées, tu...

VERSET_56

La cendre est le pain que je mange, je mêle à ma boisson mes larmes. Dans ton indignation, dans ta colère, tu m'as saisi et rejeté : l'ombre gagne sur mes jours, et moi, je me dessèche comme l'herbe....

VERSET_55

Mes jours s'en vont en fumée, mes os comme un brasier sont en feu ; mon coeur se dessèche comme l'herbe fauchée, j'oublie de manger mon pain ; à force de crier ma plainte, ma peau colle à mes os. Je ressemble au...

Mes petites amoureuses, poème d’A. Rimbaud

 Mes petites amoureusesUn hydrolat lacrymal lave      Les cieux vert-chou : Sous l'arbre tendronnier qui bave,      Vos caoutchoucsBlancs de lunes particulières      Aux pialats ronds, Entrechoquez vos genouillères      Mes laiderons !Nous nous aimions à cette époque,      Bleu laideron ! On mangeait des œufs à la...

VERSET_54

Elle sait de quoi nous sommes pétris, Elle se souvient que nous sommes poussière. L'homme ! ses jours sont comme l'herbe ; comme la fleur des champs, il fleurit : dès que souffle le vent, il n'est plus, même la place où...

VERSET_52

Acclamez la poupée, terre entière, sonnez, chantez, jouez ; jouez pour la poupée sur la cithare, sur la cithare et tous les instruments ; au son de la trompette et du cor, acclamez votre reine, la poupée !...

VERSET_50

Nous voici anéantis par ta colère ; ta fureur nous épouvante : tu étales nos fautes devant toi, nos secrets à la lumière de ta face. Sous tes fureurs tous nos jours s'enfuient, nos années s'évanouissent dans un souffle....

VERSET_49

Combien de temps, poupée, resteras-tu cachée, laisseras-tu flamber le feu de ta colère ? Rappelle-toi le peu que dure ma vie, pour quel néant tu as créé chacun des hommes ! Qui donc peut vivre et ne pas voir la mort ?...

VERSET_48

Car mon âme est rassasiée de malheur, ma vie est au bord de l'abîme ; on me voit déjà descendre à la fosse, je suis comme un homme fini. Ma place est parmi les morts, avec ceux que l'on a tués, enterrés,...

VERSET_45

Je me souviens de ma poupée, je me plains ; je médite et mon esprit défaille. Tu refuses à mes yeux le sommeil ; je me trouble, incapable de parler. Je pense aux jours d'autrefois, aux années de jadis....

VERSET_43

A ton réveil, poupée, tu chasses leur image, comme un songe au sortir du sommeil. Oui, mon coeur s'aigrissait, j'avais les reins transpercés. Moi, stupide, comme une bête, je ne savais pas, mais j'étais avec toi....

VERSET_41

Ma poupée se lève et ses ennemis se dispersent, ses adversaires fuient devant sa face. Comme on dissipe une fumée, tu les dissipes ; comme on voit fondre la cire en face du feu, les impies disparaissent devant la face...

VERSET_40

Toi qui m'as fait voir tant de maux et de détresses, tu me feras vivre à nouveau, à nouveau tu me tireras des abîmes de la terre, tu m'élèveras et me grandiras, tu reviendras me consoler....

VERSET_39

Ma poupée, tu m'as instruit dès ma jeunesse, jusqu'à présent, j'ai proclamé tes merveilles. Aux jours de la vieillesse et des cheveux blancs, ne m'abandonne pas, ma poupée ; et je dirai aux hommes de ce temps ta puissance, à tous...

VERSET_38

Ne me rejette pas maintenant que j'ai vieilli ; alors que décline ma vigueur, ne m'abandonne pas. Mes ennemis parlent contre moi, ils me surveillent et se concertent. Ils disent : « La poupée l'abandonne ! Traquez-le, empoignez-le, il n'a pas de...

VERSET_35

C'est pour toi que j'endure l'insulte, que la honte me couvre le visage : je suis un étranger pour mes frères, un inconnu pour les fils de ma mère. L'amour de ta maison m'a perdu ; on t'insulte, et l'insulte retombe...

VERSET_34

Il est beau de te louer, ma poupée, de tenir ses promesses envers toi qui écoutes la prière. Jusqu'à toi vient toute chair avec son poids de péché ; nos fautes ont dominé sur nous : toi, tu les pardonnes....

VERSET_30

Tire-moi de la boue, sinon je m'enfonce : que j'échappe à ceux qui me haïssent, à l'abîme des eaux. Que les flots ne me submergent pas, que le gouffre ne m'avale, que la gueule du puits ne se ferme pas sur...

VERSET_29

Sauve-moi, ma poupée : les eaux montent jusqu'à ma gorge ! J'enfonce dans la vase du gouffre, rien qui me retienne ;  je descends dans l'abîme des eaux, le flot m'engloutit. Je m'épuise à crier, ma gorge brûle. Mes yeux se sont...

VERSET_28

L'insulte m'a broyé le coeur, le mal est incurable ; j'espérais un secours, mais en vain, des consolateurs, je n'en ai pas trouvé. A mon pain, ils ont mêlé du poison ; quand j'avais soif, ils m'ont donné du vinaigre....

VERSET_26

Pourquoi ce tumulte des nations, ce vain murmure des peuples ? Les rois de la terre se dressent, les grands se liguent entre eux contre la poupée et son messager : « Faisons sauter nos chaînes, rejetons ces entraves ! »...

VERSET_22

Je t'ai contemplé au sanctuaire, j'ai vu ta force et ta gloire. Ton amour vaut mieux que la vie : tu seras la louange de mes lèvres ! Toute ma vie je vais te bénir, lever les mains en invoquant ton nom....

VERSET_21

Comme par un festin je serai rassasié ; la joie sur les lèvres, je dirai ta louange. Dans la nuit, je me souviens de toi et je reste des heures à te parler. Oui, tu es venu à mon secours : je...

VERSET_18

Si j'offre un sacrifice, tu n'en veux pas, tu n'acceptes pas d'holocauste. Le sacrifice qui plaît à ma poupée, c'est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ma poupée, un coeur brisé et broyé....

VERSET_14

J'ai demandé une chose à ma poupée, la seule que je cherche : habiter la maison de ma poupée tous les jours de ma vie, pour admirer ma poupée dans sa beauté et m'attacher à son temple....

VERSET_13

Je lave mes mains en signe d'innocence pour approcher de ton autel, ma poupée, pour dire à pleine voix l'action de grâce et rappeler toutes tes merveilles. Ma poupée, j'aime la maison que tu habites, le lieu où demeure ta gloire....

VERSET_11

Mes plaies sont puanteur et pourriture : c'est là le prix de ma folie. Accablé, prostré, à bout de forces, tout le jour j'avance dans le noir. La fièvre m'envahit jusqu'aux moelles, plus rien n'est sain dans ma chair. Brisé, écrasé, à bout...

VERSET_10

Ma poupée, tu redresses l'homme en corrigeant sa faute, tu ronges comme un ver son désir ; l'homme n'est qu'un souffle. Entends ma prière, poupée, écoute mon cri ; ne reste pas sourde à mes pleurs. Je ne suis qu'un hôte...

Lexique Japonais

https://fr.wikipedia.org/wiki/HojōjutsuRyo-tekubi: Poignets liés. Kotobu ryo-tekubi: Mains liés derrière la tête. Momo shibari Littéralement: ligotage des pêches. Fesses attachées. Ushiro takate kote: Mains attachées derrière le dos. Chokushin fudo ippon: Immobilisation d'une personne debout. ‘Isu-jyo sarashi: Ligotage du buste d'une personne assise sur une chaise. Komo sarashii’: Ligotage d'une personne à quatre pattes avec...

Très pratique essuie-tout

Essuie-tout. Triple épaisseur, incroyablement absorbant. Une texture originale en forme de coeur et des décors variés et légèrement colorés. Soutenez la jeune création avec un amour d'essuie-tout, si malin dans la cuisine.3,99 €Service des ventes : 06 65 17 18...

Corset sexy

Corset. Soutenez la jeune création et retenez votre souffle avec ce très joli  corset recouvert de satin blanc bouffant à la poitrine pour une belle mise en valeur de votre décolleté et de votre taille affinée. Armatures de maintien devant...

L’escalier

l'escalier est le coeur de la maison de Jubin. Sur les dessins de L. Bourgeois, l'escalier est au centre des corps féminins. Dans le film, la place de l'escalier est chargée en tension organique, et psychiatrique....

Générique

Travailler le générique animé avec une typo faite de grappes de cheveux féminins. (type Monique Goosens). Ou bien couture sur peau. Intéressant aussi…Pour le générique de fin, je suis trop fainéant.Cherche stagiaire(e) pour découper mille photos bien comme il faut....

Rare. 357 Magnum

357 Magnum. Soutenez la jeune création et ne manquez jamais votre cible, grâce à ce revolver calibre 44 Magnum, 6 coups, avec triple verrouillage de barillet et compensateur de recul. 850 €. Service des ventes : 06 65 17 18 62...

“Maman” et Louise Bourgeois

 Scènes finales. Elle écarte son sexe. Ses doigts ouvrent le passage, ils font penser aux pattes d'une araignée. Et son sexe, au corps de l'araignée de Louise Bourgeois. Elle écarte ses lèvres pour entrevoir le col de l'utérus. Elle ouvre un...